thème :
EnvoyeriCalPartager

jeudi 14 mai 2020 à 23h59

COMMUNIQUE 1er Mai féministe : Le muguet est votre poison, la lutte est notre horizon

Le muguet est votre poison, la lutte est notre horizon. Contre un pouvoir qui sème l'injustice et cultive la violence, rappelons-nous, mobilisons-nous. Que ce premier Mai soit somanarchiste.

Le 1er Mai, ce n'est pas la « fête du travail ». Cessez d'agiter vos brins de muguet et de proclamer la venue du printemps. Arrêtez d'arracher à la terre et aux individus ce qui ne vous appartient pas. Le 1er Mai, c'est la journée internationale des travailleurses. Pour que l'on se souvienne des ouvrier-e-s anarchistes massacré-e-s en 1886 aux Etats-Unis, alors qu'iels luttaient pour obtenir la journée de 8h et combattaient la répression policière. Pour que l'on se remémore un soulèvement populaire d'ampleur mondiale qui exigeait des conditions d'existence et de travail dignes de ce nom. Pour que l'on se rappelle qu'il n'est pas acceptable de laisser nos adelphes, nos ami-e-s, nos voisin-e-s, nos collègues etc. se tuer à la tâche, pendant que d'autres se remplissent les poches. En ces temps de confinement et de pandémie, ce sont, comme toujours, les personnes les plus vulnérables dont la vie est en jeu, les personnes les plus précaires qui sont envoyées au front. La survie de toustes repose sur les sacrifice de certain-e-s. Prendre soin des autres, à l'hôpital ou au supermarché, sur les rails ou les ordinateurs, dans la rue ou les foyers, ce ne peut pas être synonyme de risquer sa peau, ce ne peut pas être au profit du capital.

Le 1er Mai, ce n'est pas non plus la « fête nationale de Jeanne d'Arc et du patriotisme ». Ravalez vos fleurs empoisonnées et vos discours nationalistes. Oubliez votre haine et votre violence qui ne sont que rétrogrades et destructrices. Le 1er Mai, c'est une journée de lutte. Pour que l'on se souvienne que les dominants s'accommodent toujours du sexisme, de l'homophobie, du racisme, de la transphobie, du validisme, de la putophobie,, du classisme etc. Pour que l'on se rappelle que nos gouvernants entretiennent ces discriminations au moyen de la police, du marché, de la surveillance, des inégalités etc. Pour que l'on se saisisse de notre colère pour en faire une arme révolutionnaire. En ces temps de crise sanitaire, politique et économique, il n'y a pas d'union sacrée qui tienne avec celleux qui alimentent la peur et la cruauté. La solidarité et la justice sont les seuls remèdes à la violence et à la haine. Prendre soin des autres, c'est respecter l'environnement qui rend possible notre existence, c'est combattre les dominations qui assassinent nos semblables, notre planète et nous-mêmes.

Parce que notre corps est toujours à la fois le support des oppressions et notre arme de combat, parce que l'anarchie est un refus de la concentration des pouvoir et une alternative à la violence d'Etat, parce que ce 1er Mai survient en pleine crise sanitaire et sociale au sein de nos frontières et au-delà, mobilisons-nous et Viva la Somanarchia !

Collective féministe Somanarca

Source : message reçu le 1 mai 10h