thème :
EnvoyeriCalPartager

mercredi 13 mai 2020 à 23h59

REFLEXION Le 11 mai, on reste chez nous

Source : Reçu le 14 avril via la liste intersecteurstrasbourg crée au moment de la mobilisation sociale contre la réforme des retraites

L'entendez-vous cette petite musique, depuis quelques jours, pour refaire marcher la machine, pour que tout recommence comme avant ?

Ça commence par les déclarations de Roux de Bézieux, président du MEDEF, dans le Figaro du 10 avril 2020 :

« il faudra bien se poser tôt ou tard la question du temps de travail, des jours fériés et des congés payés pour accompagner la reprise économique et faciliter en travaillant un peu plus la création de croissance supplémentaire … l'important c'est de remettre la machine économique en marche et de reproduire de la richesse en masse pour tenter d'effacer, d 2;s 2021, les pertes de croissance de 2020 »

Puis ça continue avec la secrétaire d'État auprès du ministre de l'économie, Agnès Pannier-Runacher, le 11 avril 2020 sur France info :

« Il faudra probablement travailler plus que nous ne l'avons fait avant »

« L'enjeu est de permettre à tout le monde de reprendre le travail plein pot »

Enfin la réponse de Macron hier soir dans son discours :

« A partir du 11 mai, nous rouvrirons progressivement les crèches, les écoles, les collèges et les lycées. C'est pour moi une priorité car la situation actuelle creuse des inégalités. Trop d'enfants, notamment dans les quartiers populaires et dans nos campagnes, sont privés d'école sans avoir accès au numérique et ne peuvent être aidés de la même manière par les parents. Dans cette période, les inégalités de logement, les inégalités entre familles sont encore plus marquées. C'est pourquoi nos enfants doivent pouvoir retrouver le chemin des classes. »

Dans le même paragraphe, il admet toutes les carences et donc les responsabilités de l'État en matière d'inégalités sociales, d'accès à l'éducation, de logement… et en même temps on sait très bien que cette réouverture des crèches et des écoles est faite pour libérer les parents et leurs permettre de reprendre le travail. 8 millions de travailleuses et travailleurs au chômage partiel, Bruno Le Maire annonce une enveloppe de 24 milliards (Qui va payer ? La dette donc les contribuables ou une taxation exceptionnelle des profits du capital ? Je vous laisse deviner…). De plus comment organiser cette reprise tant dans les classes que dans les entreprises ? Grand mystère… La retour des élèves en classe le 11 mai semble totalement illusoire.

Comme toujours, fidèle à lui-même, Macron nous a servi un long discours, long, long… 27 longues minutes lénifiantes avec ce ton de mauvais acteur qui aime s'écouter pérorer… Mea-culpa du bout des lèvres mais tout de suite c'est pas moi, c'est les autres et surtout mensonges sur l'anticipation et l'acquisition des masques!!! Combien de temps devrons-nous subir ce (petit) chef d'État? Ce quinquennat me parait interminable (inter- est de trop!). Macron se pose en guide suprême du « jour d'après » pour construire le Nouveau Monde, on sent qu'il cherche à se relégitimer dans l'urgence sanitaire tout en contentant le MEDEF (le « en même temps » macroniste).

Mais :

-Nous attendons toujours des masques et du gel pour une protection généralisée de la population alors que les blouses, sur-blouses et charlottes viennent à manquer maintenant pour les soignants.

-Nous attendons toujours des tests virologiques pour le personnel médical et paramédical, pour les auxiliaires de vie, pour les personnes âgées et le personnel des ehpads, les patients à risque, les malades symptomatiques…

-Nous attendons toujours l'isolement des patients COVID +

-Nous attendons toujours les tests sérologiques pour vérifier l'immunité de la population.

-De trop nombreuses entreprises non essentielles sont encore en activité sans aucune mesure barrière ou équipement de prote ction individuelle pour les salariés qui bossent la peur au ventre.

Ce discours est d'un flou artistique total !!! Mais de la part d'un en-fumeur professionnel comme Macron ça ne m'étonne guère. Nous nous souvenons tous du Grand Débat suite à notre mouvement des Gilets Jaunes où faute d'un vrai débat nous avons eu droit à des heures monologues.

A nous de savoir si le jour d'après sera comme avant, à nous de savoir si on continue avec cette pseudo-démocratie confisquée par des menteurs, à nous de savoir si on laisse 100.000 lits d'hôpitaux fermés en 20 ans, à nous de savoir si on remarche dans le rang du capitalisme financier et des multinationale s, à nous de savoir si, comme après la crise de 2008, on laisse privatiser les profits et nationaliser les pertes, à nous de savoir si comme seuls réponses à la crise sanitaire et à la crise économique qui s'annonce, on accepte de travailler plus, à nous de savoir si on exige l'abrogation des réformes retraites, chômage, travail…, à nous de savoir si on exige la réindustrialisation de la France et de l'Europe.

Macron dans son discours fait allusion aux « [nous retrouverons les] jours heureux », programme du CNR rédigé en 1944. Personnellement j'ai de gros doutes s'agissant d'une hypothétique orientation sociale dans les rangs de la Macronie…car, comme je le crains, Macron, l'ex-banquier, le président des riches, et son Monde seront toujours infectés par le virus de la mondialisation ultra-libérale donc le 11 mai, on reste chez nous, on ne reprend pas le travail.

MACRON DES MASQUES, DES LITS, DES TESTS, DÉMISSION !!!

James