Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

vendredi 20 septembre 2019 à 9h

Troisième Grève Mondiale pour le Futur - Jeunesse pour le Climat

Appel à la jeunesse du monde.

Nous avons été naïf·ve·s. Nous avions cru que nous pourrions rappeler nos dirigeant·e·s à leur responsabilité aussi facilement. Nous avions cru que soulever dans la rue 1,8 millions de jeunes à travers le monde aurait pour conséquence des prises de décisions fortes et immédiates pour notre avenir. Nous avons eu tord.

La pression à infliger à nos dirigeant·e·s pour qu'iels daignent nous regarder en face demande de notre part une force bien plus grande, une force que seule une mobilisation immense, pacifique et ferme de la jeunesse pourra avoir, une mobilisation qui ne sera pas une marche, mais un arrêt de notre société. Cet arrêt sera le 20 septembre 2019. Aujourd'hui, la plupart d'entre nous, collégien·ne·s, lycéen·ne·s et étudiant·e·s, sommes en train d'apprendre, ou de travailler pour gagner notre vie. Notre rôle ne devrait pas être de nous soucier des crises que notre société traverse. Notre place est à découvrir le monde, et à le comprendre. Notre préoccupation devrait être de poser les briques de notre avenir, et non de nous battre pour qu'un avenir soit simplement possible.

L'inaction de nos dirigeant·e·s nous glace le cœur, mais nous ne pouvons pas ignorer que notre avenir se joue maintenant. Personne d'autre que nous ne viendra résoudre la crise à notre place, nous ne nous faisons plus d'illusions. Et nous n'avons pas l'intention de passer notre jeunesse à leur demander d'agir : nombre d'entre nous ont mis, il y a plusieurs mois déjà, leurs études de côté pour se battre. Nous avons assez regardé le monde, nous l'avons assez vu souffrir. Il est temps que cela cesse. Il est temps que l'injustice criante entre les membres de notre société se taise. Nous vous invitons toutes et tous à quitter vos salles de classe le même jour pour montrer aux dirigeant·e·s que nous n'avons pas l'intention d'abandonner notre avenir à l'avidité des puissant·e·s, à l'amertume de celles et ceux qui détruisent sans scrupule nos ressources, nos terres, nos océans. Nous vous invitons à quitter votre travail ce jour-là pour nous aider à porter notre voix. Pour faire de l'économie dont nous sommes soumis·e·s une arme contre celles et ceux qui ont le pouvoir d'en finir avec le pillage de la Terre et la vie qu'elle abrite. Donnons ensemble une chance à notre génération de bâtir un monde viable et juste, un monde où chacun a sa place, un monde où nous respectons notre écosystème parce que nous nous respectons entre nous, et que nous nous respectons nous-même.

Nous perdons la guerre contre le changement climatique, mais nous pouvons encore bâtir le monde de demain. Nous savons que nous pouvons le faire. C'est ce que nous ferons le 20 septembre, avec vous toutes et tous, nous arrêterons notre société, nous la ferons bifurquer. Lorsque nous sommes des milliers ensemble, nous ne faisons pas que manifester, nous ne manifestons jamais d'ailleurs, nous ne protestons pas. Nous exprimons notre imaginaire collectivement, c'est pour cela que les visages ne dessinent ni peur ni colère, mais de la joie. Nous sommes heureux et heureuses en train d'imaginer un monde juste et viable, un monde dans lequel nous aimons la Nature parce que nous nous aimons nous-même. On dit à nos dirigeant·e·s que ce monde là est possible parce que nous réussissons à en faire un lieu commun, une société, parce que nous sommes des centaines de milliers à l'exprimer en même temps. Nous avons rendez-vous avec l'histoire le 20 septembre 2019.

Collégien·ne·s, lycéen·ne·s et étudiant·e·s réuni·e·s sous La jeunesse pour le Climat - Strasbourg.

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir